Mettre fin au mal des transports

Créée par Adeline "Kaffaniata" Borderie | |   Herboristerie | Herboristerie Phytothérapie Homéopathie

Le mal des transports, aussi appelé Cinétose, résulte d’un conflit entre la perception visuelle, des récepteurs situés dans les muscles et la perception de l’oreille interne. Ainsi, ce que vous voyez ne correspond pas à ce que les récepteurs musculaires et votre oreille interne enregistrent et cela crée un déséquilibre qui va entraîner nausées et vomissements.

Les symptômes

Le premier symptôme va se caractériser par une sensation de mal être. Vous devenez anormalement pâle et la fatigue arrive. Plus embêtant, vous êtes pris de nausées et de vomissements, vous êtes ensuite en hypothermie. *Plus rare, vous faites un malaise dû à une crise d’hypoglycémie.

Que faire

  • Dans la voiture, installez-vous au milieu car les mouvements sont moins brusques.
  • Trouvez une position qui réduira au minimum les mouvements de votre tête et de votre corps.
  • N’hésitez pas à vous allonger et à fermer les yeux.
  • Enfin, faites des pauses toute les heures, prenez l’air et dégourdissez-vous les jambes.
  • Manger léger avant de partir
  • Ouvrir les carreaux
  • Ne lisez pas pendant le trajet.
  • Restez concentré sur l’horizon ou sur un point immobile à l’extérieur de la voiture. 

Avec l'homéopathie

Cocculine :

1 dose de granules la veille et 1 dose juste avant le départ. 1 dose de granules dès l’apparition des symptômes.

Tabaccum 9 CH :

en cas de nausées avec un pâleur du visage, la personne présente des sueurs froides, des palpitations avec sensation de malaise. Elle se dit améliorer en fermant les yeux et quand a est exposée à de l'air frais.

Borax 9 CH :

en cas de pâleur, de nausées, des impressions de vertiges aggravées par les mouvements.

Petroleum 9 CH :

en cas de nausées et de vertiges améliorés en fermant les yeux, en mangeant ou en étant au chaud.

Bryonia 9 CH :

en cas de nausées aggravées par un mouvement, la personne a des sueurs, et a soif. 1 dose de granules la veille et 1 dose juste avant le départ. 1 dose de granules dès l’apparition des symptômes.

 

Avec la phytothérapie

Le gingembre 

Le gingembre est une plante qui présente aussi des qualités prouvées pour prévenir et soigner les maux de voyage.

Huiles essentielles de menthe poivrée, citron et de lavande

Chez les enfants de plus d’un an, les huiles essentielles de menthe poivrée, citron et de lavande. Mettez-en quelques gouttes dans le diffuseur d’huile essentielle pour voiture. Branchez-le sur l’allume-cigare et l’essence qui se répand à l’intérieur fera son action.

Persil

Un remède de grand-mère simple consiste à poser un bouquet de persil autour du cou durant le périple

 

Lutter contre le mal des transports de l'enfant

Avant le départ

  • S'assurer que l'enfant a bien dormi et que ce dernier ne sera pas fatigué pendant le voyage.
  • Toujours faire partir son enfant le ventre plein, mais sans excès. Même si le voyage commence le matin très tôt, il est impératif de faire petit-déjeuner son enfant. Si le départ n'a pas lieu le matin, s'assurer que l'enfant a mangé. Il est conseillé de manger léger avant un voyage...
  • Lui donner un traitement anti-mal des transports une heure environ avant le départ en respectant scrupuleusement la notice. 

ATTENTION : Ces médicaments provoquent généralement des effets de somnolence, il est donc en aucun cas envisageable d'en donner au conducteur. Si l'enfant est assez âgé (10 ans), il est possible de le placer sur le siège avant à droite du conducteur avant qu'il voit mieux la route. 

Pendant le voyage

 

  • Pendant le voyage, éviter de stresser l'enfant : ne pas mettre de musique trop forte, faire attention à ce que le soleil n'arrive pas directement sur sa tête, faire des pauses régulières afin qu'il puisse faire ses commodités et se détendre les jambes...
  • A l'inverse, n'en faites pas le centre de votre intérêt ou de toutes les conversations : cela lui évitera de se "sentir" malade même s'il ne l'est pas.
  • Laisser la fenêtre de la personne sujette au mal des transport au moins toujours légèrement entrouverte : l'odeur des plastiques internes, surtout dans une voitures neuves, participe à la nausée.
  • Bien s'asseoir dans son siège, ne pas avoir la vue cachée.
  • Vérifier que l'enfant ne change pas d'attitude soudainement. En particulier s'il se calme et se concentre sur la route, c'est qu'il doit commencer à avoir la nausée. Il convient alors de s'arrêter un peu pour le laisser reprendre son souffle.
  • Le mettre en position légèrement allongée si besoin est. Fermer les yeux.
  • L'aider a se concentrer sur quelque chose en particulier, sans penser au mal des transports. Des jeux (celui qui voit la première voiture rose à gagné, par exemple...) aident à sortir d'une obsession.
  • "Au cas où", prévoir : un sac plastique, une bouteille d'eau peu sucrée, du sopalin, un petit en cas (un fruit...).

 

 

Retour
Comment lutter contre le mal des transports
Comment lutter contre le mal des transports